Netflix : quels impacts sur le PAF et la Social TV ?

 

Cela fait déjà des semaines que l’on ne parle que de ça ! Le géant américain Netflix va débarquer en France. Si certains consommateurs semblent se réjouir, voyant dans cette arrivée l’accès à une multitude de contenus, les chaînes de télévision paraissent au contraire quelque peu inquiètes. A tort ou à raison ? Retour en quelques points sur les impacts que pourrait produire l’arrivée de Netflix en France.

Netflix : du DVD à la VOD par abonnement

Tout le monde a entendu au moins une fois le nom de cette société qui – disons le tout haut – fait peur. Elle impressionne tout simplement, car elle pourrait profondément modifier la consommation des programmes et des contenus, et impacter ainsi une économie toute entière. Basée dans la célèbre Silicon Valley dès 1997, Netflix a exploité l’attrait toujours plus important pour le visionnage de contenus. Encore loin des évolutions actuelles, les consommateurs de l’époque se contentaient alors de louer des DVD. A l’arrivée des prouesses technologiques, et surtout face aux nouveaux modes de consommations de la télévision et des contenus, résumés par Médiamétrie sous la forme ATAWAD (Source) pour Anytime (« tout le temps »), Anywhere (« n’importe où »), Any Device (« sur n’importe quel support »), Netflix a su modifier son cœur de métier pour proposer de la SVOD (Subscription Video On Demand, soit de la Vidéo-à-la-Demande par abonnement). Le principe est simple : par le paiement d’un abonnement fixe, le consommateur a accès a tout un catalogue de programmes, allant des films aux séries. Aujourd’hui, la société peut se vanter de recenser 44 millions d’abonnés, dont 33 aux Etats-Unis. En Europe, Netflix a su s’imposer en Grande-Bretagne, en Irlande, aux Pays-Bas et dans les pays scandinaves. Son ambition de développement est sans limite puisque après avoir tenté de s’implanter en Espagne, elle ambitionne de rejoindre un pays où la demande est certes forte, mais où la législation, la régulation, et surtout la protection de l’économie sont bien présentes : la France.

La France : un pays favorable à la création

En France, la loi a été pensée pour protéger une économie qui fonctionne grâce à des stratégies mises en place au niveau étatique. Ainsi, une chaîne de télévision est soumise à plusieurs obligations. Tout d’abord, en terme de diffusion. Les chaînes doivent respecter dans un premier temps la chronologie des médias, qui impose un rythme de diffusion entre les différents supports que sont l’écran de cinéma, les plateformes de VOD, le support matériel avec le DVD, blu-ray etc., l’écran de télévision, ou encore la télévision de rattrapage. Pour favoriser la production française, les chaînes doivent également remplir des quotas de diffusion, à savoir 60% d’œuvres européennes, dont 40% dédiées à des œuvres d’expression originale française (OEOF). Pour plus de visibilité, des heures de grande écoute (HGE) sont imposées et varient en fonction des chaînes généralistes ou cinéma. De plus, les chaînes doivent respecter des obligations de production, dont le détail est compliqué, mais qui représentent en résumé une part de leur chiffre d’affaires en fonction de leur statut (généraliste/cinéma…). La mise en place de ces obligations, fortement contrôlées annuellement par notre organisme de régulation envié, le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) est une magnifique illustration de ce qu’un pays peut faire pour protéger son économie audiovisuelle et cinématographique, favoriser la création dans ces deux secteurs, et ainsi permettre à des milliers de personnes de vivre d’une production riche et dynamique. Les salles universitaires des formations audiovisuelles et cinématographiques n’ont jamais été autant remplies en France, preuve des possibilités quant à l’avenir de ces étudiants, à force de volonté.

Les dangers liés à l’arrivée de Netflix

Ainsi, les chaînes de télévision s’inquiètent à juste titre des retombées de l’arrivée d’un service de VOD par abonnement. En effet, les modes de consommation se délinéarisent : nous sommes de moins en moins dépendants de la programmation classique, dite linéaire, proposée par les chaînes, puisque nous consommons le produit « programme » de plus en plus suivant notre bon vouloir. L’arrivée d’une société proposant à volonté la consommation de programmes par le simple paiement d’un abonnement, pourrait dès lors entraîner une perte des audiences du média télévision traditionnel. Cette perte d’audience entraînerait irrévocablement une perte des revenus publicitaires, et donc une perte de revenus pour investir dans la création et le respect des obligations. De même, l’arrivée de Netflix induirait une refonte de la chronologie des médias. En effet, il semble impossible que Netflix respecte les délais imposés en France. La société perdrait alors ce qui fait aujourd’hui sa force : son offre de programmes en exclusivité. De plus, et cette problématique en devient presque éthique, Netflix, comme d’autres géants tels que Apple ou Google, sait parfaitement contourner les lois imposées par un pays. Comment ? Tout simplement en localisant son siège social au Luxembourg. En ne créant pas de filiale dans le pays concerné (pratique courante pour ces sociétés), ces grands groupes échappent aux obligations légales. Ainsi, Netflix pourrait profiter du potentiel des consommateurs de contenus, notamment en provenance des Etats-Unis, sans investir et faire profiter la France de ce qui fait notre richesse : la création. Cette semaine, l’information est tombée : Netflix sera bien disponible via les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) dès septembre et sur le réseau Orange. Il semble difficile que la société américaine accède à SFR (dont le rachat est en cours mais qui appartient à Vivendi qui possède aussi Canal +) et Bouygues (qui possède TF1). 

Quels impacts sur la Social TV ?

Cela est devenu une évidence, la nouvelle forme d’éditorialisation des contenus passe par la Social TV qui représente à elle seule la réponse aux essors technologiques et à l’évolution des modes de consommation. Or, la Social TV est en pleine expansion et se cherche encore, notamment dans le financement des programmes et la monétisation des audiences. Elle nécessite donc un investissement humain, matériel et financier en conséquence. En tant que nouvelle forme narrative, elle ne peut se passer des revenus des chaînes de télévision. Que se passera-il si les gens abandonnent le média télévision – même si ce dernier reste à ce jour l’écran roi de nos foyers ? Va-t-on assister à une consommation uniquement à la demande qui entraînerait une uniformisation des contenus vers certains genres – film, série, voire documentaire – mais sans même pouvoir les financer ? Que va-t-il advenir du genre phare des grilles de programmes, le divertissement, où la Social TV excelle et tente d’innover malgré des moyens limités ? Ce sont toutes les questions que soulève l’arrivée de Netflix. Aurélie Filipetti confiait récemment : « s’il veut s’installer ici, Netflix doit se plier aux régulations qui font le succès de nos industries. Netflix ne doit pas être un passager clandestin qui profite sans abonder la création française ». Espérons donc que les discussions en cours entre le gouvernement, les acteurs de l’audiovisuel, d’internet et du cinéma, et Netflix, pourront conduire à un accord qui ne laissera personne perdant. Et surtout, qui permettra de préserver une économie déjà en souffrance, et qui tente malgré tout d’innover et d’être originale…

Cédric Delblat

Passionné de Social TV, et plus largement par la télévision et les médias, je m’interesse fortement à toutes les problématiques liées à l’économie, les stratégies de communication digitales et l’avenir de l’audiovisuel. Manager, je suis en train de mettre en place ma société en production de contenus web et en stratégie digitale. Je donne également des cours d’économie audiovisuelle, d’enjeux de la télévision et de stratégies de communication digitales à l’université et dans divers établissements privés.

2 commentaires

  1. Jordan dit :

    Plus d’un an après cet article, Netflix n’est toujours pas arrivé en France : les chaines de TV seraient-elles effrayées par ce nouvel acteur du secteur audiovisuel qu’elles auraient tenté de retarder son arrivée ?

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.