‘El Ministerio del Tiempo’ Retour sur un succès espagnol

minist1

Nombreuses sont les fictions qui se sont emparées du thème du voyage dans le temps : Retour vers le futur , Lost, Dr Who … Il faut désormais rajouter à la liste un autre nom, venant cette fois-ci d’Espagne : ‘El Ministerio del Tiempo’

La série

Le pilote de la série a été diffusé le 24 février 2015 sur la 1 du groupe public RTVE. Trois personnages principaux ont pour mission de garder secrètes les portes du temps, découvertes sous le règne de la reine Isabel; afin qu’aucun intrus ne les franchisse et ne modifie l’histoire à sa convenance. Parmi eux, Amelia Folch, une des premières universitaires de l’université de Barcelone au XIXème ; Alonso de Entierros un soldat du XVIème, et enfin un infirmier du XXIème, Julian Martinez.

La série ne cachait pas des intentions pédagogiques; chaque épisode était suivi d’éclairages sur une figure historique qui était apparue dans l’épisode.

Un vaste dispositif transmedia…

La série a très rapidement trouvé son public. Assez en tout cas pour que le public devienne communauté et se revendique comme telle, à travers notamment le choix du nom : ‘Ministericos’. (mot valise donc entre Ministerio et histericos). Aujourd’hui elle rassemble 33 000 followers sur Twitter, 31 000 fans sur Facebook, et ‘juste’ 2 600 abonnés sur Instagram. Concrètement, c’est quasiment le double de followers que le compte du Ministère (cette fois ci, bien réel) de la Justice ou même celui de l’Economie.

Et si cette communauté s’est formée, c’est aussi parce que la production de la série a tout fait pour la valoriser, la récompenser à travers un dispositif transmedia assez vaste. Celui-ci était majoritairement basé sur le site officiel de la série qui incluait plusieurs programmes compagnons:

La Puerta del Tiempo: Diffusé toutes les deux semaines, le programme, sous la forme de talk-show d’une trentaine de minutes permettait aux acteurs de venir s’exprimer sur la série, leur personnage et surtout de répondre aux questions posées par les fans via Twitter (vaste opération de drague assumée par la production donc).

– Los archivos del Ministerio: Autre programme d’une trentaine de minutes qui était une sorte de making of mettant en lumière la production, le montage etc

Outre ces programmes web, les réseaux sociaux ont également été mis à contribution afin de récompenser la communauté:

Un compte WhatsApp où chaque semaine 10 fans pouvaient avoir accès à du contenu exclusif. Le groupe de petits chanceux était sans cesse renouvelé (chaque semaine, 5 fans laissaient leur place à 5 autres fans). Précisons d’ailleurs que ce même système d’exclusivité était appliqué au compte privé d’Instagram. La stratégie était assez habile. Pour appartenir à ces groupes exclusifs, il fallait être très actif sur les réseaux sociaux. A partir de cette règle, la publicité et la visibilité de la série était assurée. Les trending topics amenés par la série (‘El Guernica’, ‘Velasquez’) suscitaient la curiosité et faisaient grossir les rangs de la communauté.

… Et largement complété par la communauté:

La série est entrée très rapidement dans la culture pop espagnole, la preuve étant les nombreux contenus créés par la communauté des ministèricos : des fanfictions (certaines s’attachant à créer des crossovers entre leurs série favorite et Harry Potter ou encore Dr Who), du fanart en masse (par exemple ce TumblRun jeu de rôle, des memes, des blogs d’histoire s’attachant à analyser chaque épisode… Les ministericos peuvent même télécharger et imprimer leur certificat à travers un générateur créé par un fan.

Certificado 20zzexs

Un tel succès pour une série du groupe public est sans précédent. A tel point que c’est la communauté qui a fait ployer la RTVE pour avoir une seconde saison.

Célia Ramain

Ex assistante de programmes tv internationaux et ex assistante de prod’, passionnée par le transmedia, je travaille actuellement avec une société de production sur un projet alliant transmedia et pédagogie.


Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.