La Social TV sur Google+

Socialtv-google+

[column width= »100% » background= »#f8f8f8″ padding= »10px »]

Dossier Spécial : Episode 8 : La Social TV appliquée à Google+

Retrouvez chaque semaine un nouvel épisode des meilleures pratiques marketing autour de la Social TV et des médias sociaux. Episode 8/8.[/column]

Le réseau social de Google n’est pas, mais alors là, pas du tout utilisé dans le cadre de la Social TV. Dommage, parce que si on dépasse le côté pratique du référencement, Google+ révèle des atouts très séduisants avec Hangout et Youtube.

Cet article aurait dû s’intituler « La Social TV n’est pas sur Google+ ». Pourtant, les recherches avaient bien commencé, avec cette étude publiée par Omnicom Media Group et Mesagraph, « Social Télé Vision ». Diffusée le 17 janvier 2014, l’étude portait sur un échantillon de 1048 répondants représentatifs de la population française, sur une période du 4 au 10 septembre 2013, et analysait les interactions du public français face aux programmes TV en 2013.

Les chiffres avaient de quoi donner le tournis : 17% utiliseraient majoritairement Google+ (appelé aussi G+) pour interagir à propos des émissions télés, soit pratiquement à force égale avec Twitter (18%). Un public plus masculin et adulte, des posts avec une tonalité plus dénigrante, 84% des utilisateurs de Google+ qui interagiraient régulièrement, principalement dans l’après-programme…

WHAT ? Mais d’où ils sortent, ces chiffres ?

Diapositive 1

Je ne sais pas comment ils s’y sont pris pour obtenir de tels résultats, mais leur méthodologie précise que l’analyse des données Facebook a été effectuée via l’outil Page Karma (exclusivité OMG), et l’analyse des données Twitter par Mesagraph. En revanche aucune précision n’est apportée sur l’origine des informations de Google+…

Sérieusement, penchons-nous sur le réseau social de Google, et ouvrez la page de votre émission ou série préférée. Est-ce que ce que vous voyez correspond aux chiffres avancés ?

Prenons quelques exemples

  • House of Cards a plus de 11.000 abonnés. Pas mal. Mais sur Twitter, on dénombre plus de 217.000 followers et plus de 931.000 likes sur Facebook. Le taux d’engagement est élevé sur ces deux derniers réseaux sociaux (en termes de retweets/favoris et de discussions) contre… (roulements de tambours) une moyenne de 15 « +1 » (les équivalents des Likes ou favoris sur G+). Un engagement de 15 personnes, et je ne parle même pas des commentaires, pratiquement inexistants.
  • Game of Thrones répond aux abonnés absents. Plus aucune nouvelle publiée depuis le mois de juillet 2013, alors que les comptes Facebook et Twitter cartonnent.
  • En termes de contenu proposé, on frise l’indécence chez Homeland qui diffuse quelques vidéos, des images et… des promotions pour des t-shirts !
  • Mais cela pourrait être pire : Breaking Bad a activé son compte en novembre 2011 et… a laissé en plan ses 13.100 abonnés, sans jamais publier le moindre post !

Tha_Breaking_Bad_Social

Mais retournons voir du côté de la France

  • Qui interagit avec le Grand Journal de Canal Plus ? Au moins 367 abonnés qui suivent les posts sporadiques de l’émission. Niveau interaction, on frôle régulièrement les +10. A titre de comparaison, le Grand Journal sur Twitter, c’est 203.000 followers et plus de 1.179.000 likes sur Facebook.
  • Touche Pas à Mon Poste (et on n’y touchera certainement pas sur G+). Avec plus de 22.000 abonnés, c’était pourtant pas si mal parti. Toujours loin des 539.000 followers et encore plus loin du 1.529.000 likes, mais pas trop mal loti comparé aux autres émissions. Cependant, avec un ou deux commentaires et une moyenne d’une quinzaine de +1, on n’a pas vraiment envie de rester. Surtout quand on lit ce genre de posts : « Venez faire un tour sur la page Facebook de TPMP, le sommaire de ce soir est en ligne ! »… Vous ne pouviez pas le mettre AUSSI sur Google+, non ?
  • Ah ! Le Before de Canal Plus ! Sur ce coup-là, vraiment, on peut commencer à parler de Social TV. L’émission propose depuis la mi-mars une nouvelle séquence faite à base de GIFs (vous savez, ces diaporamas de photos) et joue le jeu à fond en proposant un tutoriel (voir vidéo ci-dessous), en invitant ces fans à télécharger Google+ et à utiliser leur smartphone pour prendre leurs GIFs et à les diffuser avec le hashtag #beforeGIF. Chaque semaine, un nouveau thème est proposé sur la page G+ de l’émission. Il est encore trop tôt pour juger de l’initiative, les freins seront probablement la complexité apparente du système et l’effort demandé à l’internaute. Oui, ouvrir son smartphone, avoir une idée/un scénario répondant à la thématique, prendre cinq photos minimum via Google+, réaliser le GIF, le poster via le Hashtag, etc. sont autant d’étapes qui rebutent les téléspectateurs (en général, en Social TV, plus on demande d’efforts, moins on a de participation). Il faudra attendre un peu avant de savoir si cette stratégie s’avère gagnante ou non.

Une lueur dans le désert avec Hangout

Heureusement, tout n’est pas encore perdu pour Google+, de plus en plus d’émissions parviennent à voir au-delà du simple référencement (qui est grandement facilité en lançant une page G+). Pour cela, Google+ dispose de plusieurs atouts, dont le principal est certainement Hangout, et ça diffusion: Hangout On Air. En utilisant cette fonctionnalité, vous pouvez mettre votre conversation en mode public, inviter jusqu’à 10 personnes à interagir avec vous en direct, et diffuser facilement la vidéo sur Youtube. Certains sites expliquent même comment chaque téléspectateur peut créer sa propre chaîne de télévision via ce système. Quelques émissions, comme The Fox Problem, font même le pari du tout Google. Ils enregistrent en live leur émission via Hangout pour la rediffuser sur Youtube.

Cet outil connaît égalemennt un fort succès auprès des programmes d’informations qui l’utilisent pour permettre à des internautes d’interagir directement avec les invités, mais aussi chez les hommes et femmes politiques. Ceux-ci utilisent le système de conversation de Google+ pour se donner une image proche des gens et répondre aux questions de leurs électeurs en direct, ou à des questions pré-enregistrées. C’est notamment le cas de Barack Obama ou encore d’Angela Merkel.

Obama-Hangout

Certaines émissions ne sont pas en reste et proposent également d’interagir via le Hangout. En France, c’est TF1 qui est à la pointe du système, avec plusieurs partenariats avec Google. La chaîne a eu l’occasion de se démarquer pendant la remise des NRJ Awards, où les internautes pouvaient poser leurs questions à une célébrité sur sa page Google+. Un principe identique a été déployé pour les élections municipales par FranceTV.

Toujours sur TF1, l’émission The Voice propose également de participer toute les semaines à des Hangouts avec les talents, que l’on peut suivre via le hashtag #VoiceHangout. Il faut néanmoins s’inscrire via un formulaire de participation et suivre une formation de 20 minutes au préalable.

Les chaînes doivent (aussi) développer leur présence sur Google+

Difficile de prévoir l’issue de la guerre des réseaux sociaux pour dominer le monde de la télévision, mais il semble un peu rapide d’oublier Google. Si l’entreprise américaine se retrouve derrière Twitter et Facebook, plusieurs éléments pourraient venir changer la donne en faveur du réseau social :

  • Les Google Glass : Plusieurs projets sont déjà en cours de réflexion pour répondre à la plus grande critique des expériences mutli-supports : quand on est sur un second écran, on ne regarde plus l’émission. Les Google Glass (et autres lunettes ou verre connectés) pourront dans le futur répondre à cette problématique et proposer de visionner des informations complémentaires aux programmes TV sur les verres, sans devoir utiliser les mains (et sans détourner la tête). En outre, il est déjà possible de poster directement les vidéos enregistrées par les Google Glass sur G+.
  • Android TV : le récent retour de Google dans l’univers de la télévision s’est fait remarquer avec l’Android TV. Même si cette nouvelle télé n’est pas encore prête à débarquer en Europe, les chaînes pourraient être bien inspirées de la tenir à l’œil. Il faut spéculer pour le moment, mais il serait peu probable que Google laisse passer la possibilité de remettre G+ sur les rails en matière de Social TV. Plusieurs pistes seraient envisageables, comme favoriser les réactions des téléspectateurs sur son réseau social, de leur proposer du contenu, notamment sur Youtube, en lien avec ce que leur amis suivent sur Google+, ou d’interagir directement avec eux suivant le programme visionné.
  • La domotique : en début d’année, Google a racheté la start-up Nest, une start-up spécialisée dans l’Internet des Objets. Si là aussi nous devons encore spéculer pour le moment, plusieurs pistes pourraient être imaginées en matière de Connected TV. Nous nous souvenons du frigo connecté de Samsung, une possibilité serait de voir les écrans se généraliser sur certains objets, et de les commander (ou d’interagir avec eux?) via un réseau social. Les expériences télévisuelles pourraient également être renouvelées, plus immersives, avec des lampes, des systèmes audio, voire votre canapé, capables de réagir à ce que vous visionnez.

Une fraction d’un futur, peut-être pas si lointain, sur lequel les chaînes télévisées seraient bien inspirées de se pencher, avant de tourner le dos à Google+.

François Jacques

Hello ! Je suis un jeune belge diplômé en journalisme, sciences politiques et en gestion. Après avoir suivi une formation et monté un pilote d’émission sociale, j’ai attrapé le virus de la Social & Connected TV ! Un virus que je partage avec beaucoup d’enthousiasme !


Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.