La Social TV sur Shazam

Socialtv-shazam
Alors que Shazam continue son expansion grâce notamment à plusieurs levées de fonds réussies, la célèbre application de reconnaissance musicale poursuit sa mutation vers le second écran via Shazam for TV, afin d’étendre ses sources de revenus et faciliter son envie d’entrer en bourse.

Shazam, d’abord une application de reconnaissance sonore

Shazam permet en à peine quelques secondes de reconnaître une chanson. Au départ, ce service était disponible uniquement au Royaume-Uni, via un numéro de téléphone à composer (le 2580), l’utilisateur recevait alors le titre et l’interprète de la chanson via un sms. Avec l’arrivée des smartphones, l’application Shazam a été conçue. Désormais, que ce soit une musique de pub, une chanson qui passe à la télé, ou pendant que vous faites vos courses, Shazam vous affiche le titre et le nom de l’artiste que vous écoutez. Elle offre aussi la possibilité de découvrir des extraits, d’acheter le titre sur Amazon, d’afficher les paroles en streaming, de regarder le clip directement sur YouTube, et ce sans quitter l’application. Forte de son succès dans les pays anglophones, le verbe « to shazam » existe tout comme on « skype » aujourd’hui quelqu’un.

Quelques chiffres

  • start-up créée en 1999 à Londres par des étudiants de Berckeley et Stanford. (l’application a elle été créée en 2002),
  • une base de données de plus de 5 milliards de chansons, émissions TV, pub…,
  • 420 millions d’utilisateurs dans le monde,
  • dont 88 millions actifs chaque mois,
  • 21 millions de téléchargements en France,
  • disponible dans plus de 200 pays en 33 langues,
  • avril 2012 : Shazam reconnait désormais les émissions TV et les publicités,
  • social TV aux USA avec 250 campagnes menées et 160 chaînes TV dans son application second écran,
  • en 2013 : 700 000 personnes ont « shazamé » le SuperBowl, 1 million pour les Grammy, 
  • juillet 2013 : 2ème levée de fonds de 40 millions de $ auprès de Carlos Slim (magnat des télécoms d’Amérique du sud et accessoirement régulièrement homme le plus riche du monde),
  • 300 millions de $ de revenus par an rien que dans la vente de titres musicaux (Shazam capterait 7% des revenus musicaux),
  • 10 milliards d’utilisations de Shazam pour le titre « Applause » de Lady Gaga.

shazam-tag-social-tv

Le tournant de Shazam vers la Social TV

Shazam’s list

Comme la traditionnelle et très influente liste d’artistes que publie chaque année la BBC dans le domaine musical… Shazam s’appuyant sur les datas et les commentaires de ces utilisateurs édite elle aussi un classement des artistes et groupes les plus recherchés sur son application. Elle permet ainsi d’avoir une « prédiction » des futurs succès, ce que les médias radio et tv ne permettent pas. Cela offre bien sûr du pouvoir à Shazam, qui devient ainsi un influenceur pour la découverte de nouveaux talents et aussi un service de découverte de musique. (pour info en France, c’est Daft Punk et Stromae en tête de cette liste.). Une option intéressante permet de voir sur une carte les titres « shazamés » de manière géolocalisée. 

Shazam friends, le réseau social qui s’appuie sur Facebook : parce que Shazam a très vite compris l’intérêt des réseaux sociaux pour étendre son application vers de nouveaux utilisateurs, et surtout la nouvelle façon de découvrir la musique via le partage et le « like » sur  internet. La start-up a donc créé son propre réseau reposant sur les amis Facebook des utilisateurs. Celui-ci partage à vos amis Facebook ce que vous avez écouter / shazamer / liker / acheter / commenter en envoyant un extrait de 30 secondes du titre (durée maximum légale de l’extrait sans avoir à reverser de revenus pour les droits d’auteur), un lien pour l’acheter sur un store en ligne, le clip vidéo, des infos sur les artistes… C’est avec Shazam Friends que Shazam a consolidé sa place de leader du tracking sonore, laissant ses concurrents de l’époque tels AOL’s Play ou SoundTracking sur le bas côté.

Shazam for TV, l’entrée dans la Social TV : l’application Shazam for TV apporte un renouveau pour la start-up en se positionnant comme un outil second écran puissant et surtout presque universel (et qui permet aussi un nouveau business model avec de la publicité enrichie). L’intérêt réside dans le fait d’avoir en une seule application, du contenu enrichi pour 160 chaines (pour le moment) totalement synchronisé. Partant des nouvelles habitudes des consommateurs : « Je zappe entre les chaines et je m’arrête lorsque quelque chose attire mon attention » ; Shazam for TV se positionne à cet instant là où le spectateur va vouloir en savoir plus sur le programme, les intervenants, la bande-son, les invités… Car avec des centaines et des centaines de chaines aux USA, le spectateur pratique le « zapping » plutôt que de lire la grille des programmes de 200 chaines dans les magazines TV ou autres sites web.

Les bonnes pratiques

Comme dans la plupart des cas dans la Social TV, les événements live de type cérémonie, grande rencontre sportive ou encore radio crochet sont les tops d’utilisation de Shazam. D’ailleurs fin 2013, la FOX avec son programme X Factor permettait de voter pour les candidats via Shazam.

S’appuyant sur une technologie de reconnaissance musicale, les utilisateurs ont toujours le « réflexe Shazam » quand ils ne connaissent pas une chanson. L’utilisation donc d’une belle bande-son (et encore peu connue) dans une publicité donne l’envie de « shazamer » le spot. La marque a alors là son premier levier d’engagement.

Inversement, des chanteurs déjà connus peuvent se servir de la diffusion de leur clip sur une chaîne musicale non plus comme de la promotion mais directement grâce à Shazam à une impulsion d’achat. Cela peut aussi permettre de partager avec sa base fan, voire de les récompenser ou de les amener vers d’autres plateformes sociales « à suivre » (la fan page Facebook par exemple…)

Il faut jouer sur l’émotion suivi par l’impulsion d’achat là où avant il fallait rentrer chez soi, chercher sur Google… Shazam vous le trouve en un clic.

Voici la playlist des projets Shazam, on remarquera que les USA, le Royaume-Uni, l’Allemagne et même l’Espagne utilise cette technologie plus que la France….alors que ce dernier est 3ème pays au monde où l’application est la plus téléchargée.

Shazam en France

En septembre 2012, TF1 annonçait un partenariat avec Shazam for TV et Shazam for Radio… Il s’agit surtout à la régie publicitaire de TF1 de proposer du contenu plus interactif à ses clients. TF1 ayant développé sa propre application second écran, il est compréhensible que la chaîne ne va pas utiliser Shazam for TV  pour ces programmes à grosse audience comme The Voice ou Danse avec les Stars et ainsi perdre des revenus en ayant un intermédiaire. C’est là où Shazam for TV risque de se heurter sur les plus petits territoires. En effet, là où aux USA, le téléspectateurs disposent de centaines de chaines, une application second écran telle Shazam (unique et universelle) est pratique pour l’utilisateur. En France, finalement ceux sont moins de 10 chaines qui font les audiences, alors chacune développent son application connectée propre, avec son identité graphique en cohérence et ses fonctionnalités en adéquation avec ces programmes. Ainsi le seul créneau qu’il reste à Shazam en France est les opérations publicitaires ponctuelles avec des marques ou des artistes.

Shazam augmente les publicités françaises

Alors que depuis la pub SFR sur la 4G ready fin 2012 augmentée avec Shazam, il y a eu peu d’autres tentatives, il semblerait que les marques françaises commencent peu à peu à saisir l’intérêt de capter l’attention du téléspectateur au-delà du spot publicitaire de quelques minutes, et c’est en ce début d’année que de plus en plus de publicité embarque le petit logo de Shazam, nous invitant à « shazamer » !

La nouvelle campagne TV mais aussi radio de La Halle avec comme égérie Jenifer propose donc de « shazamer » les spots publicitaires afin d’avoir le making-of des tournages mais aussi de découvrir les vêtements portés par Jenifer (collection de La Halle bien sûr).

Une autre marque de vêtements « Tex », créée par Carrefour utilise Shazam pour débloquer une zone hébergée pour découvrir des articles de mode par style.

Prochains défis de Shazam

L’application Shazam vient d’être totalement re-designée pour une navigation plus fluide, plus sobre et intuitive mais aussi visuellement plus réussie. On sent que la Direction de Shazam veut garder l’utilisation la plus simple possible alors que le contenu est de plus en plus étendu. Elle met surtout en avant les réseaux sociaux, les commentaires et avis des utilisateurs, et facilite les partages. La puissance de Shazam est de ne pas à avoir à scanner un QR code ou autre système visuel, en revanche son plus grand défi sera de ne plus avoir besoin d’insérer le logo « S » de Shazam pour indiquer que cette pub peut être « shazamée » mais que cela deviennent un réflexe de l’utilisateur comme cela est le cas lorsque Shazam est utilisée pour sa reconnaissance musicale.

Shazam va devoir poursuivre son internationalisation, en continuant de passer des accords avec les entreprises pays par pays (comme dernièrement avec Saavn, service de streaming musical en Inde ou encore SoundCloud, Spotify, Rdio… ou Juno et son catalogue de Dance Music et de vinyl ) pour assurer sa base de données.

L’application second écran Shazam for TV a tout intérêt en plus des émissions TV, de proposer de nouvelles expériences connectées avec les séries TV. Il est vrai que Shazam est utile pour chercher une musique entendue dans notre série préférée, d’ailleurs la série musicale Glee fait souvent appelle à Shazam pour vendre ses titres, mais une immersion plus cohérente et inscrite dans l’écriture d’un épisode engagerait d’autant plus le spectateur (surtout les fans) comme l’application l’avait déjà tenté sur la série Covert Affairs sur USA Network où on obtenait des informations complémentaires sur l’enquête en cours… Cela permettrait aussi à Shazam de récupérer de nouveaux utilisateurs via des communautés déjà constituées, et peut-être d’internationaliser des contenus second écran là où actuellement certains ne sont disponibles que pour le public américain.

Développer l’application Shazam for Radio, car en effet s’il y a bien un domaine qui est négligé de manière générale c’est bien la Social Radio, ou radio connectée alors que c’est bel un bien LE medium qui permet une attention plus accrue sur un second écran (enfin un second support plutôt). Il vrai que la plupart des personnes font déjà une seconde activité en écoutant la radio (travailler / conduire / cuisiner…), il ne reste plus qu’à Shazam de capter des moments d’attention vers le mobile ou la tablette.

Concevoir un « tracking » visuel en plus de sonore, en « shazamant  » n’importe quel objet du quotidien n’importe où, mais là c’est marcher sur les plates bandes de Amazon. Aux USA, Shazam permet déjà de reconnaître les vêtements portés par les présentateurs TV…

GLEE_SHAZAM

En savoir plus sur Shazam :

Julien Allard

Fort de plusieurs années d’expérience dans l’industrie de l’animation et du jeu vidéo, je rassemble désormais mes compétences et ma passion pour toutes les innovations interactives dans le développement de projet transmedia… avec du second écran !


1 commentaire

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.