La stratégie de mise en ligne des contenus « Coucou c’est nous »

Coucou-cest-nous-SocialTV-ccn
« Coucou c’est nous » est une émission présente dans beaucoup d’esprits de téléspectateurs, elle est régulièrement évoquée comme étant un programme qui manque à la télévision. Son souvenir pérenne est d’autant plus surprenant que l’émission présentée par Christophe Dechavanne accompagné de Patrice Carmouze a été diffusée uniquement de septembre 1992 à juin 1995 avec une seule diffusion chaque soir de 19h à 20h sur TF1 (en 2005, 40 émissions furent rediffusées sur Comédie).

Depuis septembre 2014 l’émission a fait son apparition sur internet sur Youtube et Dailymotion. Chaque semaine, des émissions en entier ainsi que des meilleurs moments (animaux, objets de Patrice, coups de fil, etc.) sont publiés sur la chaîne de sorte qu’à terme, « Coucou c’est nous » soit intégralement disponible pour les fans de la première heure ainsi que pour les plus jeunes qui vont la découvrir. L’occasion de développer toute une communication spécifique à ces publications.

Deux axes de communication

La mise en ligne de tout ce contenu se doit de répondre à un double objectif. S’adresser à une fan base qui aime et connaît déjà « Coucou c’est nous » mais également communiquer auprès des plus jeunes pour qui le nom même de l’émission ne dit pas nécessairement quelque chose et dont l’animateur Christophe Dechavanne reste davantage associé aux jeux qu’il a présenté ses dernières années qu’à « Coucou c’est nous ».

S’adresser aux fans de la première heure

Publier la totalité des émissions de CCN dans leur intégralité

Etant donné que l’émission a déjà occasionnée plusieurs best of à la télévision, l’idée est ici de proposer la publication exhaustive de toutes les émissions dans leur intégralité, une première dans le genre ! De cette manière, la nostalgie est jouée à fond, le rythme plus lent de l’époque est assumé et la chaîne se présente comme une collection vintage de qualité que les fans de la première heure prennent plaisir à consulter quand bon leur semble.

Opter pour un mix entre format long (émissions complètes) et un format court (meilleurs moments)

Pour alimenter cette chaîne, le choix est fait de miser sur deux types de contenus distincts. A la fois les émissions en entier (45 à 50 minutes chacune) mais également plusieurs playlists thématiques (actuellement au nombre de 7) de manière cette fois-ci à s’adresser à la fois aux fans qui prennent plaisir à revoir les séquences cultes de l’émission ainsi qu’aux internautes qui découvrent l’émission. En proposant ces séquences fortes et drôles de 3 à 4 minutes maximum, cela permet également de proposer un contenu qui se partage plus facilement sur les réseaux sociaux.

Créer du contenu d’époque, reflet de l’esprit CCN, à destination des réseaux sociaux

L’émission étant considérée comme culte par un certains nombre de téléspectateurs, il a été choisi de mettre encore plus en valeur ce contenu, de produire quelques instantanés de ce qui a fait l’esprit de « Coucou c’est nous ». Citations cultes, devinettes alambiquées ou encore arrêts sur images drôles font parti du contenu produit afin d’alimenter les différentes mises en avant des vidéos.

La publication des devinettes sur la page Facebook ou le compte Twitter @CoucouCestNous de l’émission par exemple participe à (re)construire un univers que les fans connaissent. L’idée n’est pas de chercher à faire du nouveau pour faire du nouveau, mais à mettre en avant un existant fort en l’adaptant tout simplement aux formes actuelles.

Stratégie de visibilité auprès des communautés cibles (CM sur Facebook et Twitter auprès des artistes, nostalgie, Christophe Dechavanne, etc.)

Chaque soir une personnalité du show business était invitée de l’émission. A forte notoriété à l’époque, un certain nombre d’entre elles continuent d’être actuellement à la une et des communautés de fans se constituent autour d’elles. Ainsi, pour accroître la notoriété de la chaîne par ce vecteur, les principales communautés de fans de ces artistes ont été sollicitées sur les réseaux sociaux. Au travers des émissions qui leurs sont dédiées, les fans consultent un contenu rare et qualitatif à leur égard et l’adhésion en est plus forte. Par ailleurs, Christophe Dechavanne ainsi que Patrice Carmouze jouent le jeu de la mise en avant du contenu CCN sur Twitter notamment.

Faire connaître l’émission à un jeune public qui ne l’a jamais connue à la télévision

Développer une série de GIFS à destination des réseaux sociaux

Nous avons déjà évoqué l’idée que l’émission possède un existant assez fort et que la stratégie adoptée autour de la mise en ligne des émissions est de valoriser au maximum ce « patrimoine » tout en s’adaptant aux codes actuels. Pour se faire, une série de gifs animés est créée pour chaque nouvelle émission. Mimiques, instants absurdes, cultes, drôles ou encore inattendus, ces gifs sont la représentation fidèle, en quelques secondes, de l’émission. Publiés régulièrement notamment sur le twitter de l’émission, ils se révèlent être des outils de communication totalement en adéquation avec les usages actuels et permettent de faire le lien, sans difficulté, entre une émission qui date d’il y a plus de 20 ans et un univers web dans lequel l’émission souhaite se développer.

Produire des vidéos inédites avec Christophe Dechavanne reprenant avec décalage et dérision les principaux codes actuels du web

« Coucou c’est nous » joue à fond la carte du décalage entre son époque, début des années 90, et celle actuelle du web. C’est dans cette veine qu’une série de quatre vidéos de promotion pour la chaîne, incarnées par Christophe Dechavanne, ont été récemment mises en ligne. Jouant sur différents codes ou personnages 2.0, chacune d’elle fait le parallèle, avec humour et dérision, entre l’univers CCN d’époque et le monde digital. Stratégie de visibilité avec des mises en situation de CCN dans l’actualité contemporaine (tweets contextualisés)

Ressemblances troublantes, mises en garde ou encore parallèles avec l’actualité, le compte twitter de l’émission ne sert pas seulement à relayer les vidéos et favoriser les abonnements, il s’amuse également à lier, avec dérision, l’univers de l’émission avec le présent. Au travers de photo montages ou bien de gifs, chaque occasion (ou presque) est bonne pour communiquer avec sourire. 

Assumer et jouer le côté décalé entre une émission diffusée il y a 20 ans à la télévision et l’ouverture d’une chaîne Youtube en ouvrant un tumblr jouant à fond la carte de ce décalage

Créer une chaîne Youtube pour une émission qui était diffusée à l’époque où le minitel régnait en maître n’est pas nécessairement d’une logique absolue. Dès lors, un tumblr a été créé spécialement afin de mettre en lumière ce grand écart. « Coucou c’est noob » (ou quand on débute sur Youtube), c’est le tumblr de l’émission qui assume découvrir comment fonctionne une chaîne Youtube et surtout qui assume d’en rire. Alimenté uniquement avec des gifs tirés de l’émission, il exploite avec décalage tous les aspects de la vie d’une chaîne Youtube et du métier de channel manager. Victoires, défaites, incompréhensions, blocages, etc. Bref, un tumblr bien geek, qui assume l’être et qui se destine une fois encore à faire connaître « Coucou c’est nous » auprès d’une population qui ne connaît pas nécessairement l’émission.

http://coucoucestnoob.tumblr.com/post/113161601833/apres-une-journee-non-stop-dannotations-de-videos
http://coucoucestnoob.tumblr.com/post/112130559699/dis-youtube-cest-quand-que-tu-nous-mets-la

Reprendre des éléments vintage de l’époque CCN, le minitel, en en proposant une version via un compte twitter dédié

Au début des années 90, la haute technologie c’était… le minitel (eh oui !). Dès lors, l’idée est ici de recréer un minitel sous la forme d’un compte twitter dédié, le @3615coucou. L’idée de ce compte twitter c’est d’offrir une preview aux purs fans de « Coucou c’est nous ». Les nouvelles vidéos sont uploadées chaque mardi et jeudi à 18h. Dès lors, chaque lundi et mercredi à 18h, le @3615coucou publie un tweet dans lequel il fait mine de pirater 24h à l’avance une image de la prochaine vidéo mise en ligne. Le plus souvent il s’agit d’une capture d’écran de l’invité(e) présentée sous la forme d’une image ASCII. Cet outil, aussi rudimentaire soit-il, permet de jouer encore un peu dans l’univers natif de l’émission, en proposant une interaction cohérente avec les technologies de l’époque.

Au final, l’apparition de « Coucou c’est nous » sur internet s’accompagne d’une stratégie numérique clairement ancrée dans la nostalgie et le grand écart entre deux époques. L’émission est apparue alors que le web n’existait pas encore, dès lors, les outils et les axes de communication développés jouent de ce décalage, avec humour et dérision. De cette manière, les populations susceptibles d’adhérer à l’univers « Coucou c’est nous » se trouvent être plus importantes qu’à l’origine, chacun venant y puiser le contenu qui lui correspond, le tout restant logique au sein de ce qu’est « Coucou c’est nous » à l’origine. Enfin, vu la richesse et le degré de notoriété de la marque, de nouvelles actions numériques restent à prévoir dans les mois à venir afin de continuer à explorer ce qui reste une émission de télévision culte pour beaucoup.

Julien Boujot

CM pour un société de production TV depuis quelques années, je m’occupe à la fois de la promotion et de l’animation autour d’émissions actuellement à l’antenne sur les réseaux sociaux, mais aussi de la conduite quotidienne d’une chaîne Youtube. Bref, le mot « social TV » c’est un peu celui que j’utilise le plus au quotidien d’où une présence logique par ici.


Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.