Une Social TV à taille humaine avec l’Equipe du Soir

Equipe-du-soir
Le 12 janvier dernier nous avons été conviés par Louis Pélissier (alias Bundes) pour découvrir le fonctionnement étonnant d’une équipe de rédaction : celle de l’Equipe du Soir ou l’EDS, diffusée sur l’Equipe 21. Diffusée de 22h30 à 00h00, du lundi au vendredi, l’EDS a attirée notre attention pour son travail sur l’interactivité avec ses téléspectateurs.

Petite présentation

Née en Septembre 2008, sur L’Équipe TV, l’émission traite de l’actualité sportive du jour, sous la forme de débat autour de onze thèmes. L’animateur principal est entouré de cinq chroniqueurs, qui sont pour la plupart d’anciens sportifs ou journalistes. Ensemble, ils analysent de nombreux sujets : foot, rugby, tennis, cyclisme, le tout dans une bonne humeur communicative. Les débats débouchent régulièrement sur des duels au cours desquels deux chroniqueurs présentent leur point de vue opposés. À chaque fin d’émission, un quiz d’une minute est lancé pour terminer l’émission dans la convivialité.

DUEL-EDS

Les initiatives Social TV du programme

Depuis le début, les équipes de l’EDS ont mis en place quelques dispositifs digitaux afin de permettre aux téléspectateurs d’interagir avec le programme. Ce ne sont pas forcément les dispositifs les plus innovants du PAF, mais ils lui ont en partie permis de devenir le programme le plus regardé sur la chaîne l’Equipe 21. Il réunit en moyenne 110.000 téléspectateurs.

Les tweets à l’antenne

Les internautes sont régulièrement appelés à réagir sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter. Tous les tweets intégrants le hashtag #EDS ou la mention @lequipedusoir sont remontés dans un outil géré depuis la régie pour être intégré en bandeau au direct.

Tweet-EDS

L’Extratime pour répondre aux questions des internautesExtratime-EDS

Le dernier quart d’heure est consacré aux questions des internautes. Les meilleures questions sont sélectionnées par l’équipe en coulisse puis apportées au présentateur avant d’être traitées en live. Le nom de l’auteur apparaît à l’écran au moment ou sa question est posée.

La question du jour sur Facebook

Tous les soirs une question est posée sur la page de l’Equipe du Soir et les résultats de l’enquête sont intégrés à l’émission et servent à alimenter les débats.

 

La réception d’un internaute pour participer à l’émission

Toutes les semaines un téléspectateur est invité à participé à l’émission. Pour cela il faut deviner qui sera le chroniqueur de la semaine en donnant sa proposition sur Facebook. Le gagnant est ensuite tiré au sort parmi les bonnes réponses.

Pour comprendre comment tout cela est géré, nous avons rencontré Louis Pélissier alias Bundes. Vous ne l’entendrez jamais parler, mais pour nous il a accepté de rompre le silence.

En fait Bundes… il parle !

SocialTV.fr : Peux-tu nous présenter ton rôle pour l’Equipe du Soir ?

bundesBundes : Pendant longtemps les gens ont cru que mon seul rôle était d’amener la feuille de question à Mémé (Olivier Ménard : présentateur) en fin d’émission.

L’Equipe du Soir est une émission qui a commencé en 2008 et je suis arrivé à l’Equipe en 2010 et je travaille régulièrement pour l’EDS depuis 2011. Nous nous sommes tout de suite mis sur Facebook et Twitter, même si au début personne ne nous suivait. On a toujours voulu que l’émission soit interactive, on voulait faire participer les gens. On a commencé avec des petits sondages diffusés sur notre propre page et de façon complètement autonome à l’Equipe. Quand j’ai commencé à travailler sur la page il devait y avoir 2000 personnes, aujourd’hui on arrive à près de 300.000 (290.000 exactement). Concernant le programme vous devriez poser quelques questions à Olivier Ménard (présentateur)

Intervention de Mémé.

Comment est-ce que vous réalisez le programme et comment choisissez-vous les thèmes abordés ?

Olivier-ménard-EDSOlivier Ménard : Dans le meilleur des mondes ce serait un spécialiste des médias sociaux qui nous dirait avec certitude ce sujet ça marche bien, ou ça il faut éviter. Après il a des sujets qui sont assez évidents et dont on sait qu’ils vont susciter le débat. Il y a surement des gens qui disent « il y en à marre que ce soit les sujets récurrents qui reviennent ». Nous notre truc c’est les stars et le football. Pour que l’on parle par exemple de volley il faut qu’il y ai une énorme performance. En générale on fait 4 thèmes foot, et 3 sur d’autres sports.

Les chroniqueurs sont-ils invités en amont ou en fonction des thèmes abordés le jour même ?

Alors moi je lance les invitations le mercredi, en leur demandant leur disponibilité et après je fais mon choix entre ceux qui s’entendent bien, ou ceux qui me font de beaux duels.

Le coté digital est-il la depuis le départ ou est-ce quelque chose que vous avez importé au fur à mesure ?

Oui dès le départ on s’en servait pour nos débat, mais beaucoup moins qu’aujourd’hui. Il y aurait peut-être même un concept à développer uniquement autour de ça en partant des remarques des internautes plutôt que sur l’actualité en elle-même. Nous on part de l’actualité sportive sur laquelle nos chroniqueurs, qui sont des spécialistes, débattent avant de laisser les internautes rebondir sur ce qui s’est dit. Mais je trouve qu’il serait intéressant de changer la hiérarchie pour partir dans l’autre sens.  De temps en temps, nous faisons appel au service digital pour leur demander des conseils sur l’affichage des tweets et sur les bonnes pratiques pour essayer de coller toujours plus aux attentes. Quand aujourd’hui je revois ce qu’on faisait avant ça me fait rigoler… c’était de la maçonnerie.

Qu’est-ce que l’utilisation des réseaux sociaux apporte au programme ?

C’est génial de pouvoir échanger, de ne pas rester dans son petit cercle. Pour nous le gros intérêt est que ça nous fait des contenus, et souvent de nouveaux angles pour traiter les informations.

Mémé part au maquillage.

Quel est ton rôle durant l’enregistrement ?

Bundes : Je m’occupe des réseaux sociaux mais aussi des éléments vidéos ou sonores qui apparaissent à l’écran. Je m’occupe aussi de faire le montage des matches qui ne sont pas terminés au début de l’émission. Durant l’émission je commence à préparer l’Extratime qui est une séquence durant laquelle les chroniqueurs en plateau répondent aux questions des internautes qui peuvent poser leurs questions sur Facebook et Twitter.

Vous répondez à ces questions ?

On ne peut pas répondre à tout le monde, mais on essaie de le faire au maximum sur Facebook et Twitter pour expliquer pourquoi on fait ce débat là. C’est un rôle qu’on se partage avec toute l’équipe. On ne donne jamais d’avis et on ne rentre jamais dans des polémiques. On apporte toujours quelque chose d’objectif sur les réseaux.

D’où vient l’idée de proposer aux internautes de participer aussi activement à l’émission ?

Laurent Salvodon avait ouvert les comptes Twitter et Facebook. Il s’était dit que ça serait intéressant de faire participer les gens en rendant l’émission interactive et de faire partager les gens via les réseaux sociaux. C’était pour lui la priorité, et on devait mettre dès le début de la journée les thèmes sur Facebook et Twitter pour dire de quoi l’émission allait parler mais aussi pour inviter les gens à le partager. Il nous a vraiment fait comprendre l’importance des réseaux sociaux. Depuis, on passe les tweets à l’antenne. On a un logiciel qui est géré par Matthieu depuis la régie.

Que pense le groupe de vos initiatives ?

Notre ancien rédacteur en chef, qui est parti depuis, voyant que ça marchait pas mal pour nous sur les réseaux sociaux a invité toutes les émissions de la chaine à faire pareil : créer un compte Twitter… Pour qu’il y ai une émulation. Aujourd’hui il y a un peu Lucie Bacon pour l’Equipe Type mais globalement les autres le font peu. Ce qui est vraiment sympa pour nous, c’est qu’on arrive a voir ceux qui reviennent fréquemment nous parler, même s’il est de plus en plus compliqué de suivre en raison du nombre. On connait même certains noms. C’était super intéressant d’avoir leurs retours sur l’émission pour nous permettre de l’améliorer.

Vous offrez aux internautes la possibilité de participer à l’émission ?

Oui on à lancé ça au mois de novembre dernier. Comme on avait pas nos chiffres d’audiences on se faisait un peu une idée de la réussite ou non de l’émission avec les commentaires sur les réseaux sociaux. On les lisait beaucoup et on a constaté qu’énormément d’internautes avaient envie de participer et de rejoindre l’équipe autour de la table pour débattre avec eux. Donc c’est une idée qui revenait, mais il y avait le risque qu’on soit pris en otage, si le mec n’était pas un bon client.  Arriver sur le plateau peut être assez impressionnant. Il faut être à l’aise pendant une heure et demi et ce n’est pas évident. Du coup, on s’est dit : « comment faire pour répondre à cette attente et comment faire pour sélectionner la personne ? » Après réflexion, nous avons lancé une pastille « Le chroniqueur de la semaine » ou il s’agissait de deviner le chroniqueur avec la plus grosse « punchline de la semaine » en ayant vu toutes les émissions de la semaine. Moi j’avais jamais vu quelqu’un venir à la télé en ayant juste mis un commentaires sur Facebook.

Vous essayez de donner un style familial à votre émission ?

On essaie vraiment de donner un style détente, c’est comme une bande de potes qui se retrouvent pour débattre dans une ambiance cool et décontracté. C’est ce que l’on veut transmettre.

En tout cas c’est sympa de vous intéresser à nous.

 

Julien Bichon

Co-fondateur et rédacteur en chef de SocialTV.fr, je suis actuellement responsable marketing pour une société de conseil en IT. Grand passionné de sport je m’intéresse de près à l’actualité de la Social TV.

1 commentaire

  1. willcoyote dit :

    c’est agréable de découvrir un peu l’envers du décor !

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.